Carnaval Ile Grande

Du 21 au 22 février  dans les rues de l’île

Carnaval 2015 de l’île Grande, sur le  thème

LÎLE ORCHESTRE

carnaval-64a_small

Carnaval-Ile-Grande-2013-300x225Samedi 21 février : bal costumé
salle polyvalente de l’Ile Grande à partir de 21h00

Entrée du bal  : 5 €
2 € pour les moins de 14 ans

 Dimanche 22 février : défilé costumé avec chars
à partir de 14 h 30 dans les rues de l’île – Animations musicales avec les fanfares

 

30icon (1)icon (3)

 

ag_2012-2013A l’Ile-Grande, chaque année, la dynamique équipe de l’Amicale laïque, organise  l’un des plus petits carnavals du monde : le Malarjez (Meurlargez” qui signifie “Mardi gras” en breton). Des centaines de personnes viennent de toute la région assister à la fête où défilent une vingtaine de chars.

Les festivités du carnaval qui animeront l’Île-Grande, ce week-end, débuteront dès samedi avec un grand bal costumé animé par Festimusic à la salle polyvalente de l’Île-Grande, à partir de 22 h.

Dimanche, le grand défilé carnavalesque, constitué de plus de 20  groupes et chars, s’élancera de Pors Gelen à 14 h 30.

Il sera animé en musique par les Cuban Fire de Brest, la fanfare de Pleumeur-Bodou, les danseurs d’Un baobab sous le pied, les Distribilh de Pontrieux et les Play Bobyl. Le cortège longera les rues du Roi Arthur et des Triagoz avant de rejoindre la salle polyvalente.

Là, vers 17 h 30, une présentation des chars et des groupes sur podium précédera un apéritif gratuit à la salle polyvalente.

Le stationnement dans l’Île-Grande sera possible jusqu’à 15 h ; ensuite, des parkings extérieurs seront indiqués. Le stationnement sera interdit des deux côtés de la route entre Penvern et l’Île-Grande. En raison du carnaval, la station ornithologique (LPO) de l’Île-Grande,  sera fermée le dimanche après-midi.

Site de l’Amicale Laïque de l’île    http://alig.ilegrande.free.fr/

 ACCUEIL

  ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣ 

DIVISION 240 : REGLEMENTATION

La Division 240, qui régit la navigation de plaisance, vient d’être modifiée…

 

Les 7 points qui changent vraiment  au 1er mai 2015 ! 
  1. La notion de chef de bord est clairement explicitée. Le Chef de bord est  le Membre d’équipage responsable de la conduite du navire, de la tenue du journal de bord lorsqu’il est exigé, du respect des règlements et de la sécurité des personnes embarquées.
  2. La notion d’abri est expliquée afin de ne plus faire l’objet de diverses interprétations possibles. Un abri est ainsi un Endroit de la côte où tout engin, embarcation ou navire et son équipage peuvent se mettre en sécurité en mouillant, atterrissant ou accostant et en repartir sans assistance. Cette notion tient compte des conditions météorologiques du moment ainsi que des caractéristiques de l’engin, de l’embarcation ou du navire.
  3. Une dotation de sécurité supplémentaire est créée pour les navigations au-delà de 60 milles d’un abri pour optimiser la sécurité pour les plaisanciers adeptes du grand voyage.
  4. Un émetteur-récepteur VHF devient obligatoire à partir du 01 janvier 2017 pour les navigations au-delà de 6 milles d’un abri, afin d’assurer la capacité de communiquer en toute circonstance.
  5. Une nouvelle trousse de secours est proposée.
  6. Les Véhicules Nautiques à Moteur (VNM) pouvant embarquer au moins deux personnes pourront désormais naviguer jusqu’à 6 milles d’un abri.
  7. La charge maximale recommandée par le constructeur du navire doit être strictement respectée par le chef de bord.

 

4 zones de navigation désormais, au lieu de 3 !

Dans la précédente réglementation, la dotation hauturière s’appliquait à partir de 6 milles d’un abri. Dans la nouvelle réglementation, la dotation semi-hauturière s’applique à partir de 6 milles d’un abri , la dotation hauturière à partir de 60 milles d’un abri.

Nouvelle réglementation plaisance - quels équipements, pour quel programme de navigation

Les exigences en terme de matériel réglementaire

Faisons le point des 12 différents types de matériels de sécurité à embarquer sur un bateau de plaisance, qu’il s’agisse d’un voilier ou d’un bateau à moteur, en fonction de son programme de navigation, en comparant la situation AVANT la modification de la Division 240 et APRÈS, sachant que la nouvelle réglementation rentrera en vigueur au 1er Mai 2015 !

  1. Moyen pour remonter à bord pour une personne tombée à la mer ET dispositif coupant l’allumage ou les gaz en cas d’éjection du pilote pour les VNM et pour les navires à barre franche de plus de 4,5 kw. A compter du 1er Mai 2015 : Ces dispositions ne sont plus mentionnées dans le nouveau texte, elles font partie des obligations du constructeur dès la conception du navire. Il est donc de la responsabilité du chef de bord de le mettre en œuvre en cas de nécessité.
    (Avant : Obligatoire à partir de la dotation basique)
  2. Moyen de repérage lumineux : A compter du 1er Mai 2015 : Obligatoire à partir de la dotation basique. Ce matériel peut être une lampe torche étanche ou un moyen de repérage lumineux individuel, étanche, ayant une autonomie d’au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté effectivement par chaque personne à bord.
    (Avant : Obligatoire à partir de la dotation basique)
  3. Une ligne de mouillage appropriée : A compter du 1er Mai 2015 : Obligatoire à partir de la dotation basique avec toutefois possibilité de déroger pour les navires ayant une masse à vide inférieure à 250 kg et dont la puissance propulsive est inférieure ou égale à 4,5 kW.
    (Avant : Obligatoire à partir de la dotation basique avec toutefois possibilité de déroger pour les navires ayant une capacité d’embarquement inférieure à 5 adultes)
  4. Miroir de signalisation : A compter du 1er Mai 2015 : Ce matériel n’est plus obligatoire.
    (Avant : Obligatoire dans la dotation côtière)
  5. Un compas : A compter du 1er Mai 2015 : Compas magnétique ou dispositif de positionnement par satellite pouvant assurer la fonction de compas.
    (Avant : Compas magnétique obligatoire dans la dotation basique)
  6. Une installation VHF : A compter du 1er Mai 2015 : Facultative jusqu’en 2017 puis devient obligatoire. L’installation n’est pas obligatoirement équipée de la fonction d’appel sélectif numérique (ASN). Matériel obligatoire dans la dotation hauturière.
    (Avant : Facultative, dans la dotation hauturière à partir de 6 milles d’un abri)
  7. Journal de bord : A compter du 1er Mai 2015 : Obligatoire dans la dotation semi-hauturière mais le format est libre.
    (Avant : Obligatoire dans la dotation hauturière à partir de 6 milles d’un abri)
  8. Trousse de secours : A compter du 1er Mai 2015 : Reprise dans la zone semi-hauturière à partir de 6 milles d’un abri mais sa composition change.
    (Avant : Obligatoire dans la dotation hauturière à partir de 6 milles d’un abri)
  9. Dispositif lumineux fixe adapté à la recherche d’un homme à la mer de nuit.
    A compter du 1er Mai 2015 : Matériel obligatoire dans la dotation semi-hauturière à partir de 6 milles d’un abri.
  10. Radiobalise 406 marinisée, de localisation des sinistres : A compter du 1er Mai 2015 : Matériel obligatoire dans la dotation hauturière à partir de 60 milles d’un abri.
  11. Une VHF portative : A compter du 1er Mai 2015 : Matériel obligatoire dans la dotation hauturière à partir de 60 milles d’un abri.
  12. Un radeau de survie de type I conforme à la norme ISO 9650 : A compter du 1er Mai 2015 : Matériel obligatoire dans la dotation hauturière à partir de 60 milles d’un abri.

 

KAYAKS DE MERChangement de réglementation sur l’homologation avec deux arrêtés signés le 28 Avril, publiés le 13 Mai au Journal Officiel, et donc immédiatement applicables.

  • Le premier arrêté (modifiant la Division 240) précise que :
 Les kayaks de mer, Stand up paddle et les avirons de mer de plus de 3,5 m et dotés des moyens d’étanchéité et flottabilité et sécurité adéquats ne sont plus des engins de plage mais des « navires » et peuvent tous naviguer jusqu’à 2 milles d’un abri.  Au-delà des 300 m la dotation « basique » en matériel de sécurité applicable à l’embarcation est demandée.

 Les kayaks de mer et avirons de mer peuvent naviguer jusqu’à 6 milles d’un abri à certaines conditions supplémentaires (VHF étanche, navigation à 2 de conserve, ou navigation seul pour les membres d’une association inscrits pour cette pratique).  Au-delà de 2 milles d’un abri, la dotation « côtière » en matériel de sécurité applicable à l’embarcation est demandée.

  • Le second arrêté, relatif aux marques d’identification des navires précise que :
Ces « navires » mus par la propulsion humaine sont dispensés de l’obligation d’immatriculation.  Cette immatriculation est possible de manière volontaire, et dans ce cas le navire est dispensé du port de marque d’immatriculation externe.

CONDITIONS DE NAVIGATION

Ces embarcations ne peuvent effectuer qu’une navigation diurne jusqu’à deux milles d’un abri.
La navigation jusqu’à 5 milles d’un abri n’est autorisée que par groupe de deux embarcations et à vue.

OBLIGATIONSCes embarcations doivent être immatriculées auprès des services des affaires maritimes et sont dispensées du port des marques extérieures d’identité. La carte de circulation, document délivré lors de l’immatriculation, doit se trouver à bord.

MATÉRIEL D’ARMEMENT

1. Pour une navigation jusqu’à deux milles d’un abri :
– Un gilet ou une brassière de sauvetage,
– Un bout d’amarrage muni d’un mousqueton, d’une longueur au moins égale à la longueur de l’embarcation,
– Une pagaie ou un aviron de secours, sauf pour les embarcations propulsées au moyen d’avirons ayant plus d’un équipier,
– Un dispositif permettant d’assurer l’étanchéité du ou des trous d’hommes, sauf pour les embarcations propulsées au moyen d’avirons et les “sit-on-top”,
– Une écope reliée par un bout au navire ou une pompe d’assèchement, sauf si le cockpit est auto videur,
– Un dispositif permettant le remorquage : un point d’accroche et bout de remorquage. Bout de longueur suffisante (supérieur à 2 fois la longueur du kayak
– Un moyen de remonter à bord pour une personne tombée à l’eau : une ligne de vie, paddle ou rolling float pour une navigation en solitaire,
– Un moyen de repérage lumineux (lampe flash, bâton luminescent, …)

2. Pour une navigation jusqu’à six milles d’un abri, cette liste est complétée par le matériel suivant :
– Un compas
– Trois feux rouges à main conformes à la division 311 “Équipements marins”,
– Un moyen de signalisation sonore (corne de brume ou sifflet efficace),
– Une carte marine de la zone de navigation concernée,
– Un miroir de signalisation.

Complément conseillé :
– VHF étanche ou en pochette étanche,
– Téléphone portable,
– GPS,
– Pagaie de rechange.

 ACCUEIL

  ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣ 

Maewan


1907882_725170437549004_6568146418548141879_o
MAEWAN : UNE AVENTURE UNIQUE ENTRE MER ET MONTAGNE,

À SUIVRE CES 4 PROCHAINES ANNÉES

Maewan est un voilier en alu de 37 pieds qui s’est élancé fin janvier 2015, pour un périple autour du monde qui devrait durer 4 ans. . Son capitaine, Erwan Le Lann, sera rejoint par des athlètes de haut niveau avec qui il partagera cette aventure. Navigation, ski, kayak, plongée, escalade, alpinisme, ce sont toutes ces disciplines qui seront au cœur des expéditions . Quatre années qui seront ponctuées de nombreux projets et de premières mondiales qu’il sera possible de vivre avec les équipes.

111781860_791613210917737_276287116020360179_o

 

(photo de gauche : 2 blocs blancs sont prévus pour y loger des skis)
(photo de droite : vous reconnaîtrez nos reporters ile-grandais ! Merci à A. Loro pour les photos)

 Premières

L’expédition traversera les deux régions polaires pour explorer le Groenland, l’Ile de Baffin, l’Alaska et l’Antarctique. Ces régions reculées recèlent encore de nombreuses montagnes inexplorées, permettant la réalisation de premières, dans des conditions extrêmes, pour l’alpinisme, le ski ou l’escalade de glace.

Depuis l’Aber Wrac’h qu’il quitte fin janvier, MAEWAN il fait route vers l’Islande qu’il rejoint après 3 semaines de navigation et deux escales. Les falaises abruptes de 500 mètres accrochant les dépressions océaniques et permettant la formation de cascades de glace exceptionnelles seront le premier objectif de l’équipage composé de la navigatrice Jeanne Grégoire, du photographe et himalayiste Guillaume Vallot, du spécialiste de l’escalade de glace Aymeric Clouet et du capitaine Erwan Le Lann.

Le Groenland sera la prochaine étape de MAEWAN au mois de mars, avec comme mission de skier quelques couloirs exceptionnels grâce à un équipage composé du champion du Monde de ski freeride Aurélien Ducroz et du navigateur Tanguy de Lamotte.

A l’approche de l’été, les icebergs et les eaux cristallines de la mer de Baffin à l’ouest du Groenland seront l’objectif de l’apnéiste détentrice du record d’Europe de plongée, Aurore Asso, qui tentera de nombreuses expériences sous les glaces de la banquises.

L’été permettra à MAEWAN d’explorer les fjords de la terre de Baffin afin de trouver un refuge qui lui permettra de passer l’hiver pris dans les glaces. L’ascension en hivernale de ses fameux bigwall sera le point d’orgue de la saison prochaine, avant que ne s’ouvre le passage du Nord Ouest à l’été 2016 et que MAEWAN rejoigne l’Alaska pour l’ascension du Mont Dickey et le Pacifique où il mouillera dans des eaux plus chaudes.

Erwan Le Lann, breton d’origine, navigue depuis l’enfance. C’est pourtant sur les plus hauts sommets de la planète, qu’au cours des 20 dernières années, ce guide de haute montagne a forgé son expérience d’alpiniste, de glaciériste, de grimpeur et de base jumpeur. Aujourd’hui avec ce projet MAEWAN, il leur propose de le rejoindre sur ce camp de base flottant afin de partager cette aventure humaine incroyable.

COMMUNICATION :10994930_1550594415193113_2411043574933946635_n

Cette grande aventure sera relayée par la présence ponctuelle d’équipes vidéo et de photographes qui témoigneront de cette formidable épopée. La tenue d’un journal de bord (post photos et vidéos) et une carte interactive permettront également de suivre l’avancée de Maewan sur le site internet et la page Facebook. Guillaume Vallot, journaliste/alpiniste, sera le premier à prendre la mer pendant 3 mois et à suivre le projet jusqu’au Groenland. Un film officiel retraçant cette grande boucle verra le jour et sera projeté lors de festivals de film d’aventure.

Ci dessous 2 liens pour suivre l’aventure en direct

http://www.maewan.com/fr/

position en direct de Maewan sur Marine Traffic

ou plus précisément la

http://www.marinetraffic.com/en/ais/home/centerx:-5.942495/centery:50.25037/zoom:8/mmsi:227342080/shipid:2834432

page FaceBook ici : https://www.facebook.com/maewan4

 ACCUEIL

  ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣ 

BAR : récentes mesures européennes

Communiqué FNPPSF :
les récentes mesures européennes
concernant le « bar »

autocollant FNPPSF

 La commission européenne a confirmé l’interdiction de pêche du bar au chalut pélagique* jusqu’au 30 avril 2015.
Elle vient aussi d’annoncer, sous les pressions insistantes des pêcheurs professionnels, un projet de limitation à

3 bars par jour et par pêcheur pour la pêche récréative.

 *Le chalut pélagique est un filet remorqué qui évolue en pleine eau, entre la surface et le fond. il existe des chaluts pélagiques simples remorqués par un seul navire et des chaluts-bœufs tractés par deux chalutiers. 

Grâce aux interventions des différentes fédérations et notamment de la FNPPSF, la mesure initiale de « un bar par jour et par pêcheur » a donc été légèrement assouplie.

Nous allons, dans le cadre des discussions en cours et à venir, rappeler et faire valoir nos propositions pour une pêche éco-responsable et respectueuse du milieu.

La généralisation de la taille minimale de capture du bar à 42 cm pour tous les pêcheurs européens professionnels et amateurs est une mesure prioritaire. Cette disposition préconisée par l’immense majorité de la communauté scientifique est toujours à l’étude dans les sphères bruxelloises !

Il suffisait, comme nous l’avions demandé, d’interdire la pêche pendant la période de reproduction et de fixer la taille minimale de capture à 42 cm pour tous les pêcheurs européens professionnels et amateurs.  Ce sont … les services de contrôle et de police qui doivent … s’occuper prioritairement des braconniers !

Nous demandons à être reçus le plus rapidement possible par les autorités françaises et européennes pour envisager avec elles un développement harmonieux et éco-responsable de la pêche de loisir dans les eaux françaises et européennes.

Communiqué FNPPSF du 29 janvier 2015
Jean KIFFER
Président de la FNPPSF

Fédération Nationale des Pêcheurs Plaisanciers
et Sportifs de France
Adresse Postale : B.P. N°14 – 29393 QUIMPERLÉ cedex
Tel/Fax : 02 98 35 02 81
E.mail : fnppsf@wanadoo.fr
Site : www.fnppsf.fr

 ACCUEIL

  ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣ 

BILAN de la manifestation

manif2 24 01 2015Entre 4 500 et 7 000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté, samedi 24 janvier, à Lannion (Côtes-d’Armor) pour protester contre un projet d’extraction de sable coquillier dans la baie qui mettrait en péril, estiment-ils, l’écosystème et la pêche.
De nombreux élus participaient à cette manifestation familiale et bon enfant, derrière une grande banderole « Non à l’extraction de sable en baie de Lannion ». Les élus de Lannion Trégor Communauté sont opposés à ce projet, de même que plusieurs parlementaires de la région. La députée de la circonscription, Corinne Erhel (PS), a annoncé lors de ce rassemblement une table-ronde sur ce projet « d’ici une quinzaine de jours » au ministère de l’économie.

non à macron

« Non à Macron, oui au lançon », pouvait-on lire sur des pancartes, en référence au ministre de l’économie, dont la décision est attendue très prochainement sur ce dossier contesté, ainsi qu’à ce petit poisson (lançon), très présent sur le site envisagé et qui attire les bars, lieus et autres raies, de même que les nombreux oiseaux de la réserve ornithologique voisine des Sept Iles.
Un projet revu à la baisse
Les marins-pêcheurs, en ciré jaune, étaient également très présents à ce rassemblement, organisé par Le Peuple des dunes, un collectif d’une cinquantaine d’associations et d’organisations professionnelles, selon lequel ce projet menacerait à court terme entre 160 et 450 emplois dans les secteurs de la pêche, la mytiliculture et le tourisme notamment.
De son côté, la Compagnie armoricaine de navigation (CAN) a annoncé avoir revu à la baisse son projet devant l’hostilité suscitée. Déposé en 2010 après enquête publique à l’issue de laquelle le commissaire enquêteur avait rendu un avis favorable, le dossier attend la réponse du ministre de l’économie, auquel revient la responsabilité d’accorder ou non la concession minière. « Accorder le permis contre l’avis des élus du Trégor constituerait un déni de démocratie », avait souligné lors de vœux Joël Le Jeune, président de Lannion Trégor Agglomération, qui suggère à la CAN d’aller chercher ce sable calcaire plus au large, comme le font les Britanniques.

Cet article est celui du site “Le Monde.fr” du samedi 24 janvier 2015

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/24/plusieurs-milliers-de-manifestants-a-lannion-contre-un-projet-d-extraction-de-sable_4562898_3244.html

Une alternative avec la crépidule

Plusieurs baies bretonnes sont progressivement envahies par un mollusque originaire d’Amérique du Nord, crepidula fornicata, doté d’une robuste coquille. Le nouveau venu se multiplie à une vitesse sidérante, étouffe les fonds et les coquillages présents sur lesquels il s’empile à cinq, six, voire plusieurs dizaines d’individus, au grand dam des conchyliculteurs.

La société Slipper Limpet Processing, installée à Cancale, a mis au point un moyen de décortiquer cette crépidule invasive, dite aussi berlingot des mers, ce qui va permettre à la fois d’en consommer la chair et d’en commercialiser la coquille. La filière conchylicole a déjà investi dans un bateau capable d’en ramasser de forts tonnages et espère bien valoriser ses récoltes.

« C’est vrai que nous pourrions utiliser ce calcaire, nous l’avons déjà fait à titre expérimental dans les années 2000, admet Bernard Lenoir, directeur de développement de la CAN. Mais l’équation économique n’est pas au rendez-vous. Les crépidules sont dispersées en mer. Celles qui sont mortes s’envasent… Cette espèce sera toujours plus longue et plus coûteuse à exploiter qu’un unique gros banc de sable. »

à suivre sur le lien          

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/23/en-bretagne-la-colere-du-peuple-des-dunes_4562351_3244.html

ACCUEIL

Peuple des dunes

affiche manif

Mes chers amis,

L’heure est grave.

Depuis quelques jours, des informations concordantes laissent à penser que le ministre E. Macron va délivrer le titre minier dans le premier trimestre 2015. Nous n’avons pas fait tout cet important travail avec vous depuis 4 ans pour nous laisser faire, c’est maintenant ou jamais. Nous avons besoin de votre aide pour réussir cette manifestation et montrer notre détermination intacte au ministère.

Nous organisons une grande manifestation à Lannion, le

24 JANVIER 2015 à 10 Heures, Parking de la Poste

 

 Avant que le ministre ne délivre cette autorisation nous devons réagir : C’est maintenant ou jamais qu’il faut manifester, après la décision favorable du ministre, il sera trop tard.

Nous devons de réussir cette manifestation pour tenter de faire infléchir la position du ministre et sur laquelle les élus pourront s’appuyer lors la rencontre prévue avec M. Macron en janvier 2015.

Je vous remercie de diffuser largement cette information à toutes vos connaissances, réseaux sociaux…. Seule une très forte mobilisation pourra faire reculer le ministre. En mai 2012, nous étions 4 000 personnes à manifester : dépassons largement cet objectif.

A Sivens, Roybon, Notre Dame des Landes, les politiques déclarent que ces projets se feront puisque les élus locaux le veulent : ici, tous les élus et parlementaires locaux sont contre et on ferait quand même ! où est la cohérence ? Ce serait un déni de démocratie de la part ministre d’accepter un tel projet dangereux à plus d’un titre.

Rendez-vous le 24 janvier 2015 à Lannion avec vos banderoles, pancartes, sifflets…..

Au nom du collectif, je vous présente ainsi qu’à tous ceux qui vous sont proches mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année et je formule un vœu : que ce projet absurde soit rejeté par le ministère de l’Économie.

A bientôt

Alain Bidal

Président du Collectif Le Peuple des Dunes en Trégor

Maison des associations 22560 Trébeurden

Tél.: 02.96.23.67.60

http://peupledesdunesentregor.com

peupledesdunesentregor@gmail.com

ACCUEIL

CHANTIER DU TOENO

image (1)image (2) image (3)

 

 

 

 

 

 

 

Entre 1958 et 1996 de nombreux bateaux de pêche et de plaisance y sont nés sous la direction du charpentier marine Albert Le Flem.

En 2012 Jean François (Jef), qui reprend les commandes de ce chantier naval diversifie ses activités (réparation, maintenance, mécanique, manutention, construction, ingénierie architecturale). “On travaille toutes les matières à part l’acier”.

Le chantier dispose des moyens de manutention adaptés aux multicoques ainsi qu’un hangar fermé dont la taille permet d’accueillir des catamarans et trimarans de 8 à 10 tonnes et d’une dizaine de mètres de large.

La société dispose d’engins de manutention permettant la sortie ou la mise à l’eau de bateaux de 8 à 10 tonnes et dont le tirant d’eau peut atteindre 1,80 m.9

Le chantier se remplit ! N’hésitez pas à venir mettre votre bateau au sec durant l’hiver.
De plus, il vous offre de nombreux avantages :
-> Possibilité de travailler dessus (électricité et point d’eau disponible) ;
-> Pas besoin de démâter.
-> Les quillards mesurant jusqu’à 11 mètres et pesant jusqu’à 8 tonnes peuvent être sortis…8

L’équipe prend soin du bateau et son moteur, en assure l’entretien et la réparation ainsi que le stockage avec des formules de “port à sec”, particulièrement intéressantes, notamment pour les voiliers.
12

Le chantier a accueilli un magnifique catamaran de 17 m (construit en mousse PVC/CARBONE) pour lui refaire une beauté et rehausser son rouf pour plus d’espace dans la nacelle.5

Pour le recyclage des bateaux hors d’usage, sachez que le chantier du Toëno travaille en partenariat avec LES RECYCLEURS BRETONS.

Les déchets non recyclables (jusque 75% sur un bateau plastique) ne sont pas enfouis mais transformés en combustibles industriels dont les fumées sont filtrées à 100%.

Depuis janvier 2014, l’équipe est en mesure de réaliser tous travaux de charpente navale traditionnelle, réparation, entretien et restauration. Un charpentier de marine chevronné, “TIBO“, a rejoint le groupe en mai 2013.

2Pour faciliter l’approche du mouillage du Toëno, des bouées latérales babord et tribord ont été installées.

 Tarifs hivernage
2.44 TTC le m2 en extérieur
– 4.00 TTC le m2 en intérieurimage (4)

Sortie de l eau
– de 0 à 7 m  : 90 euros
– de 7 m à 9.50 m : 102 euros
– plus de 9.50 m  : 132 euros

Chantier du Toëno – Chemin de Run Crec’h Du – 22560 TRÉBEURDEN
HORAIRES : Du Lundi au Vendredi : de 9h – 12h30 et de 14h – 17h30
Téléphone : 02.96.23.63.55 – Télécopie : 02.96.15.46.20

contact@toeno.fr

http://www.toeno.fr/

 ACCUEIL


Les Recycleurs Bretons

Depuis plus de trente ans, les RECYCLEURS BRETONS (Partenaires privilégiés de l’Association pour la Plaisance Eco-Responsable) sont les spécialistes de la gestion des déchets et de la valorisation de la matière. Entreprise indépendante et régionale,  elle assure la collecte, le traitement et le recyclage des déchets pour les professionnels du bâtiment, du milieu maritime et du milieu agricole.

recycleurs_4

Le nombre de bateaux de plaisance ne naviguant plus ou abandonnés par leurs propriétaires sur les plages ou dans les ports et chantiers nautiques est en croissance permanente. En effet, le développement de la plaisance depuis les années 1970 fait que beaucoup de bateaux arrivent en fin de vie. Le gisement des bateaux a déconstruire, estimé a 1 700 unités par an, est en constante progression.

Nous sommes aujourd’hui  confrontés à deux problèmes majeurs :

  • réel problème écologique  (putréfaction des coques en bois, perte des huiles, fusées de détresse),
  • pénurie des places de port de plaisance.

Les recycleurs bretons créent aujourd’hui le premier réseau de destruction navale en Bretagne  : leur but est de rassembler un groupe de professionnels du nautisme (concession et chantier, port a sec) souhaitant répondre au problème environnemental que représente la fin de vie des bateaux de plaisance hors d’usage. En 2013, les recycleurs bretons ont déconstruit 130 unités de plaisance.

TRANSPORT ET CONDITIONNEMENT

La logistique est assurée a partir de l’enlèvement du bateau qui est transféré vers le site de déconstruction le plus proche géographiquement. (Site identifié par la Préfecture “installation classée pour la protection de l environnement”) .

DÉPOLLUTION DES BATEAUX

Les matières dangereuses sont évacuées du bateau ( batterie, huiles, gasoil, fusées de détresse etc.) puis traitées dans les filières adéquates.

DÉCONSTRUCTION DES COQUES

Le bateau est ensuite démoli dans les installations classées afin de trier plus facilement les matières valorisables ;  le bois est envoyé vers les panneau tiers et la ferraille dans les fonderies.

recycleurs_3ob_c186c4_deconstruction-bateau-plaisance

 

 

 

 

 

 

 

 

VALORISATION DES MATIÈRES

En fonction de la nature des produits, les matériaux sont évacués vers les filières de recyclage agrées. Les matériaux composites sont transformés en combustibles solides de récupération (valorisation énergétique) ou en valorisation matière.

GRILLE TARIFAIRE : Les prix sont donnés à titre indicatif . Chaque démolition de bateau donne lieu à un devis tenant compte des accès pour enlever le bateau, du tonnage et des déchets présents a bord.

tarifs recycleurs

Transport du bateau : Forfait moyen pour l’enlèvement d un bateau en Bretagne (dans le cadre d’un transport par camion et hors grutage) : 200 € HT
Éléments a vérifier : Fusées de détresses exclues -Signaler la présence de gazole-Si un pompage-dégazage est à effectuer, prévoir un forfait de 150 € (HT).

 Leur devise “NOUS N’ENFOUISSONS PAS !!! NOUS VALORISONS!!!”

5 agences sont réparties sur la Bretagne (voir site ci-dessous) dont celle de Tréguier

Le Port
22220 TREGUIER
Contact : David Bellec 06 27 25 64 36

produit en bretagne

Visitez leur site en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.recycleurs-bretons.fr/nos-metiers/demolition-industrielle-et-navale.html

ACCUEIL

 ♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣