BILAN de la manifestation

manif2 24 01 2015Entre 4 500 et 7 000 personnes, selon la police et les organisateurs, ont manifesté, samedi 24 janvier, à Lannion (Côtes-d’Armor) pour protester contre un projet d’extraction de sable coquillier dans la baie qui mettrait en péril, estiment-ils, l’écosystème et la pêche.
De nombreux élus participaient à cette manifestation familiale et bon enfant, derrière une grande banderole « Non à l’extraction de sable en baie de Lannion ». Les élus de Lannion Trégor Communauté sont opposés à ce projet, de même que plusieurs parlementaires de la région. La députée de la circonscription, Corinne Erhel (PS), a annoncé lors de ce rassemblement une table-ronde sur ce projet « d’ici une quinzaine de jours » au ministère de l’économie.

non à macron

« Non à Macron, oui au lançon », pouvait-on lire sur des pancartes, en référence au ministre de l’économie, dont la décision est attendue très prochainement sur ce dossier contesté, ainsi qu’à ce petit poisson (lançon), très présent sur le site envisagé et qui attire les bars, lieus et autres raies, de même que les nombreux oiseaux de la réserve ornithologique voisine des Sept Iles.
Un projet revu à la baisse
Les marins-pêcheurs, en ciré jaune, étaient également très présents à ce rassemblement, organisé par Le Peuple des dunes, un collectif d’une cinquantaine d’associations et d’organisations professionnelles, selon lequel ce projet menacerait à court terme entre 160 et 450 emplois dans les secteurs de la pêche, la mytiliculture et le tourisme notamment.
De son côté, la Compagnie armoricaine de navigation (CAN) a annoncé avoir revu à la baisse son projet devant l’hostilité suscitée. Déposé en 2010 après enquête publique à l’issue de laquelle le commissaire enquêteur avait rendu un avis favorable, le dossier attend la réponse du ministre de l’économie, auquel revient la responsabilité d’accorder ou non la concession minière. « Accorder le permis contre l’avis des élus du Trégor constituerait un déni de démocratie », avait souligné lors de vœux Joël Le Jeune, président de Lannion Trégor Agglomération, qui suggère à la CAN d’aller chercher ce sable calcaire plus au large, comme le font les Britanniques.

Cet article est celui du site “Le Monde.fr” du samedi 24 janvier 2015

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/24/plusieurs-milliers-de-manifestants-a-lannion-contre-un-projet-d-extraction-de-sable_4562898_3244.html

Une alternative avec la crépidule

Plusieurs baies bretonnes sont progressivement envahies par un mollusque originaire d’Amérique du Nord, crepidula fornicata, doté d’une robuste coquille. Le nouveau venu se multiplie à une vitesse sidérante, étouffe les fonds et les coquillages présents sur lesquels il s’empile à cinq, six, voire plusieurs dizaines d’individus, au grand dam des conchyliculteurs.

La société Slipper Limpet Processing, installée à Cancale, a mis au point un moyen de décortiquer cette crépidule invasive, dite aussi berlingot des mers, ce qui va permettre à la fois d’en consommer la chair et d’en commercialiser la coquille. La filière conchylicole a déjà investi dans un bateau capable d’en ramasser de forts tonnages et espère bien valoriser ses récoltes.

« C’est vrai que nous pourrions utiliser ce calcaire, nous l’avons déjà fait à titre expérimental dans les années 2000, admet Bernard Lenoir, directeur de développement de la CAN. Mais l’équation économique n’est pas au rendez-vous. Les crépidules sont dispersées en mer. Celles qui sont mortes s’envasent… Cette espèce sera toujours plus longue et plus coûteuse à exploiter qu’un unique gros banc de sable. »

à suivre sur le lien          

http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/01/23/en-bretagne-la-colere-du-peuple-des-dunes_4562351_3244.html

ACCUEIL

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.