Protection de la réserve des Sept-îles

La France a élaboré et mis en œuvre un plan d’action (PAMM), qui assure le bon état écologique du milieu marin. Elle répond à une directive européenne (cliquez sur le lien pour consulter la brochure)   « Cadre Stratégie pour le Milieu Marin »

 

A ce titre, l’archipel des Sept-Îles « Ar Jentilez » (réserve naturelle nationale depuis 1976) fait l’objet d’un projet d’extension d’un périmètre de protection qui doit être défini pour 2020. Le projet est donc actuellement au stade de la réflexion.

 

QUE CONCERNE LE PROJET D’EXTENSION  ?

La biodiversité marine et les activités socio-économiques.

 

La biodiversité de l’archipel et de son environnement marin est unique, un espace de biodiversité parmi les plus remarquables de Bretagne :

 

  • environ 10% de l’effectif national de phoque gris (80 % des naissances),
  • 11% de l’effectif d’oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine,
  • des dizaines d’observations de cétacés et de baleines chaque année,
  • près de 1 000 espèces de faune et flore marines inventoriées (crustacés, éponges, algues, coquillages, anémones, poissons…).
  • Les habitats marins du territoire qui font office de refuge ou de nourricerie pour des centaines d’espèces (forêts de laminaires, herbiers,  champs de blocs (cailloux) de l’estran.

Le projet est donc mené en étroite concertation avec les acteurs locaux : associations (professionnels, plaisance, protection de l’environnement…), collectivités locales, comités départementaux représentant les usagers de la mer.

 

Ces rencontres porteront sur l’étude des zones d’alimentation des oiseaux marins et phoque gris, les liens entre les activités, la faune marine et les habitats marins, les ressources en poissons pour les activités humaines et la faune marine ou le lien entre une aire marine protégée et les activités économique du territoire.

 

La côte de Granit Rose est un territoire avec une riche histoire et une culture humaine singulière où se combinent différentes activités professionnelles et récréatives avec notamment :

 

  • 16 métiers de pêche,
  • 9 associations de pêcheurs plaisanciers,
  • 6 centres nautiques,
  • 5 clubs de plongée,
  • et une importante activité touristique (randonnée, société de transport à passagers, 4 maisons de découverte et de pédagogie à l’environnement sur le littoral…).

 

Plusieurs millions d’euros de retombées économiques au sein du territoire reposent sur les services rendus par la nature.

 

Le maintien des ressources en mer (céphalopodes, maquereaux, sardines, tacauds, congres, lançons …) est essentiel pour les oiseaux marins mais également pour la pérennité des activités humaines.

ACCUEIL

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.